Méthode - 05/11/2018

L'intégration, dernière étape d'un recrutement réussi

Lecture : 5 min

Réussir à trouver le/la candidat(e) idéal(e), celui ou celle qui a les compétences techniques recherchées, et qui adhère aux valeurs de votre structure ne suffit pas… Il faut lui donner envie de rester !

Et cela passe, en premier lieu, par une phase d’intégration réussie

 

Qu'entend-on par “phase d’intégration” ?

En général, c’est toute la période qui précède la fin de la période d’essai... Mais attention, pas seulement ! En entreprise, pris dans le feu de l’action des missions quotidiennes, on a tendance à oublier que l’intégration d’un nouveau collaborateur se fait sur la durée et que son envie de s’investir passe par son bien-être au travail et par sa motivation à se lever chaque matin pour venir travailler.

Alors oui, il faut particulièrement soigner son arrivée le premier jour, prendre le temps de lui faire visiter les locaux, de rencontrer et d’échanger avec ses nouveaux collaborateurs, lui détailler ses missions et le/la laisser s’imprégner de son nouvel espace de travail ; mais il faut surtout rester à l’écoute et faire des points réguliers avec lui/elle dans les semaines qui suivent.

 

Préparer son arrivée

Le jour J (le premier jour) est important, mais l’intégration commence en fait dès que la décision d’embauche est prise.

D’un point de vue administratif, il faut préparer le contrat, réaliser la Déclaration Préalable à l’Embauche, caler la Visite d’Intervention et de Prévention (visite médicale), envoyer les formulaires de mutuelle et de prévoyance... et surtout, prévenir vos collaborateurs de cette embauche et de la date d’entrée du nouveau salarié.

Préparer l’espace de travail et vérifier qu’on a le matériel nécessaire aux fonctions de ce nouveau collaborateur est également essentiel. Cela paraît évident, mais parfois, l’échéance arrive trop vite et on se rend compte, trop tard, que le PC destiné à notre nouveau commercial ne s’allume pas ! Tester et vérifier le matériel est donc primordial ;).

 

 

 

Désigner un tuteur

Il est important d’accompagner votre nouveau salarié H/F dans sa prise de poste et nommer un “tuteur” est une bonne façon de procéder. Sur la base du volontariat, un de vos salarié en poste (et travaillant sur le même type de missions ou dans le même service que le nouvel entrant) sera en charge de cet accompagnement. Rien de bien sorcier, il s’agira juste d’aider cette nouvelle recrue à prendre ses marques et répondre à ses questions sur la vie de l’entreprise.

Outre ce tuteur, le responsable de service (ou supérieur hiérarchique direct) devra également s’impliquer pleinement dans cette intégration. En effet, son rôle est de bien définir les missions de notre nouveau venu et de l’accompagner techniquement. Il devra évaluer les compétences sur le terrain et proposer des actions correctives (de la formation par exemple) en cas de besoin.

Le “tuteur” et le référent hiérarchique peuvent être une seule et même personne bien sûr, mais gardez à l’esprit qu’on est souvent moins à l’aise en présence de son “patron” et que le nouvel embauché sera sans doute plus réticent à présenter ses petites doléances à son supérieur direct.

 

Quand s’arrête l’intégration ?

J’ai presque envie de vous dire jamais !! Evidemment, on appuie sur les premiers mois d’un nouveau salarié dans la vie d’une entreprise ; bien sûr une période d’essai réussie marque une adéquation certaine entre les attentes du salarié et celle de l’entreprise… mais…

Le départ d’un collègue, un remaniement du service ou un remplacement du responsable d’équipe sont autant de facteurs qui remettent en question la position de n’importe quel salarié. Rester à l’écoute de ses équipes et organiser des évènements d’entreprise sont autant de façon d’assurer la bonne intégration de tous. Si vous vous êtes “démené(e)” pendant les 2 mois de période d’essai de votre nouvelle assistante et que vous ne vous souciez plus de son bien-être depuis, vous risquez de la voir partir tôt ou tard…

 

Bref, vous l’aurez compris, réussir l’intégration d’un salarié c’est de l’organisation avant, un suivi particulier au début et une réelle attention au quotidien pour tous.

Réussir votre recrutement

Écrit par Sophie Delamarche

En charge du pôle sourcing chez Me & My Boss, Sophie est curieuse de l’évolution du monde du recrutement et s’intéresse tout particulièrement à l’émergence des solutions digitales dans ce domaine.